Lévrier anglais

Les races de chiens qui existent dans le monde entier sont tellement nombreuses, et chaque individu a son lot de différences par rapport à un autre. On retrouve les géants, parfaits pour la garde, comme on retrouve à l’opposé les chiens de petite taille, spécialement conçus pour l’agrément et la compagnie. Au milieu, on peut retrouver des chiens naturellement doués pour la recherche, pour la nage, pour courir, etc. Justement, on a ici le Lévrier anglais, le maître incontesté de la course.

Beaucoup pensent à tort qu’un tel chien est difficile à adopter en tant que chien de compagnie. C’est notamment l’une des raisons d’une telle fiche, celle de démontrer qu’un Lévrier anglais ou encore un Greyhound peut être un excellent chien de compagnie. Voici alors quelques détails à son propos.

Les origines du Lévrier anglais

Il n’y a rien de certain concernant les origines du Lévrier anglais. Si la Grande-Bretagne a reçu sa paternité, cette race trouverait pourtant ses origines vers le Moyen-Orient. Des murs de tombes de l’Égypte ancienne (4000 ans av. J.-C.) étaient ornés de dessins de chiens du même type. D’autres auteurs avancent que le Greyhound vient d’Afrique, ou encore la Grèce. D’ailleurs, le nom Greyhound serait une modification du mot « Greekhound ». Aucun écrit ne parle non plus de ceux qui ont emmené ce chien en Occident. Est-ce les Celtes, les Croisés ou encore les Phéniciens.

Au cours des différents siècles, la race s’est répandue à travers l’Europe, mais c’est en Grande-Bretagne que des chiens ont été sélectionnés dans le but d’établir un standard. La race fut reconnue par la FCI (Fédération Cynologique Internationale) de manière définitive en 1955. Si ces chiens étaient utilisés pour la chasse auparavant, ils ont peu à peu joué le rôle de chiens de compagnie des nobles. Actuellement, c’est à la fois un excellent chien de compagnie et un redoutable chien de course qui fait fureur dans les cynodromes.

Caractéristiques

Le Lévrier anglais est un chien classifié par la FCI dans le groupe 10 des Lévriers, et dans la section 3 pour les Lévriers à poil court.

  • Aspect général

On a affaire à un chien de grande taille mesurant entre 68 et 76 cm, pour un poids entre 26 et 38 kg. C’est un véritable athlète qui semble avoir été spécialement dessiné pour la course. Son corps est harmonieusement construit, avec une musculature puissante, et des membres longs et souples. Son allure rectiligne dégage une certaine noblesse. C’est un chien svelte, jouissant d’une grande aisance de mouvements.

Ses lignes sont bien dessinées, avec une anatomie bien symétrique. Il a tout d’une bête de course, un cou long et musclé, un dos long et large, le ventre rentré, une queue longue se rétrécissant vers l’extrémité, telle une flèche.

  • Sa tête

En prolongement de son cou, sa longue tête peu large semble aussi être parfaitement dessinée pour la course. Le stop est léger, le crâne est plat, son museau est assez pointu, ses yeux brillants et foncés, disposés obliquement, lui confèrent une expression intelligente. Quant à ses oreilles, elles sont petites, fines, et portées en rose.

  • Ses membres

Ses membres sont particulièrement souples, lui permettant de courir à ras du sol. Ses membres postérieurs peuvent bien s’engager sous son corps tout en lui donnant une forte impulsion. On retrouve une bonne musculature, sans pour autant trop charger le chien.

  • Sa robe

Le Lévrier anglais a le poil court, presque à ras. Il est fin et serré. Quant à la couleur, elle peut être unie, en noir, blanc, rouge, bleu, fauve, bringé ; ou alors une association de l’une de ces couleurs avec le blanc.

  • Sa santé

Ce chien est particulièrement robuste, et a une espérance de vie entre 10 et 13 ans. C’est un vrai athlète, et en tant que tel, il pourrait souffrir de blessures de course, d’où la nécessité de bien examiner ses pattes après chaque course ou sprint. À part cela, le Greyhound est aussi un chien qui craint le froid et les intempéries, ainsi que les grosses chaleurs.

Sinon, il faut aussi signaler que cette race est concernée par une maladie spécifique pouvant apparaître, notamment la polyneuropathie héréditaire du Greyhound. Les chiens de cette envergure peuvent aussi être sujets au syndrome de la dilatation ou de la torsion de l’estomac, ou encore l’atrophie progressive de la rétine, ou l’hyperthyroïdie.

Alimentation

Sa nature athlétique, mais aussi très peu gourmande l’écarte de tout risque de se retrouver en surpoids, surtout si ses maîtres le dépensent régulièrement. Comme avec toutes les races de chien, il est toujours conseillé de demander conseil auprès d’un vétérinaire, afin de déterminer l’alimentation adéquate pour votre Lévrier anglais. Néanmoins, on peut dire que ce chien raffole des croquettes de haute qualité. Il peut aussi s’accommoder de nourriture humaine (viande, riz, pâtes, légumes frais) ou encore de pâtées.

Entretien et hygiène

Avec son poil court, presque à ras, le Greyhound est très facile à entretenir. Il suffit d’un brossage régulier, au moins une fois par semaine, pour que sa robe garde sa beauté et ses propriétés protectrices. Il n’a pas besoin d’être toiletté, sauf s’il est vraiment très sale. Comme dit plus haut, pensez toutefois à inspecter régulièrement ses pattes, et enlever rapidement les éventuels débris, pour éviter toute infection.

Tempérament

On dit souvent que les Lévriers sont plutôt distants et réservés, et le Greyhound n’échappe pas vraiment à cette règle, même s’il peut se montrer doux et affectueux envers un maître avec qui il partage une grande complicité, et qui a toute sa confiance. Il est loyal et fidèle, mais c’est aussi un grand sensible.

Par ailleurs, beaucoup disent que ce chien a une double personnalité. S’il est très calme et très discret à la maison au point de se faire oublier malgré sa taille, il ne demande qu’à exploser les chronos lorsqu’il se retrouve dehors, et cherche toujours à taper un petit (ou grand) sprint dès que l’opportunité s’offre à lui. D’ailleurs, il faut le comprendre, c’est tout de même l’animal qui court presque aussi vite qu’un guépard (il a été chronométré à plus de 72 km/h).

On en profite pour dire que ce chien peut vivre en appartement, d’autant plus qu’il ne supporte pas les intempéries et les grosses chaleurs. En revanche, il préférera une maison avec jardin dans lequel il pourra courir. Dans tous les cas, il faudra veiller à satisfaire un besoin vital, qui est de courir ! Vous pouvez l’inscrire à des sports de course, l’emmener dans un cynodrome pour participer à une PVL (poursuite à vue sur leurre), tout à fait recommandé pour ce chien.

Il est particulièrement intelligent, mais sa grande sensibilité l’empêche de se concentrer et de réaliser ce que vous lui demandez de faire. En revanche, s’il se retrouve dans un environnement calme et sécurisant à son goût, il peut surprendre en se montrant plus coopératif. Bien entendu, son instinct naturel de chasseur ne va pas bien avec les chats. En revanche, s’il a été habitué dès son jeune âge, il s’entendra bien avec ses congénères.