Dogue de Bordeaux

Le dogue de Bordeaux, aussi appelé Dogue d’Aquitaine ou encore French Mastiff, est un chien musclé, massif, trapu et avec une morphologie tout à fait harmonieuse. Il a un aspect typique du molossoïde, et est tout aussi bien un excellent chien de garde qu’un compagnon de vie des plus agréables.

Ses caractéristiques physiques

Le dogue de Bordeaux ne fait pas partie de ces chiens que l’on qualifie de « géants ». En revanche, son corps est musclé, notamment au niveau du dos, du cou et des membres. L’ensemble est harmonieux et ne laisse aucun doute sur la grande puissance du chien. Sa queue est portée bas et atteint le jarret sans pour autant le dépasser. Lorsque le chien est en action, sa queue se relève à 120° ou en angle droit.

Sa tête est large, assez courte, avec de nombreuses rides et a une forme trapézoïdale lorsqu’elle est vue de face. Il a un museau légèrement concave, épais, carré et court, et son crâne est un peu convexe. Il possède de très puissantes mâchoires de forme carrées, larges et prognathes. Les yeux sont de couleur noisette à brune foncée, avec une forme ovale, et donnent au dogue de Bordeaux un air franc et déterminé.

Les oreilles sont plutôt petites par rapport à l’ensemble, et sont tombantes, mais avec une base légèrement surélevée. Leur couleur est un peu plus foncée, comparée au reste de la robe. A ce propos, son pelage est unicolore, avec une teinte acajou, ou dans toutes les nuances de fauve. Le masque est quant à lui obligatoirement de couleur noire ou rouge. De petites marques blanches peuvent être visibles au niveau de l’extrémité des pattes et sur le poitrail.

L’historique du dogue de Bordeaux

Le dogue de Bordeaux a les mêmes origines asiatiques que les autres molossoïdes européens. Les premières mentions de la race dateraient du Moyen Âge, notamment à la tour gothique d’une église de Carcassonne sur laquelle on peut distinguer la tête d’un chien ayant une forte ressemblance avec le dogue de Bordeaux. Il serait le descendant du chien d’Aquitaine, plus précisément de l’Alan Vautre.

Il était à l’origine utilisé par les bouchers pour protéger leur bétail, et était ainsi élevé pour la chasse au gros gibier et au combat. Comme ce fut le cas de nombreux molossoïdes, le dogue de Bordeaux a failli disparaître après la Seconde Guerre mondiale, mais il a heureusement su être conservé par des éleveurs passionnés. La reconnaissance définitive de la race du dogue de Bordeaux par la FCI s’est faite le 1er janvier 1954.

Caractéristiques et aptitudes

De par son passé, le dogue de Bordeaux a un très fort instinct de chien de garde. Il n’est donc même pas nécessaire de le dresser pour cela. Et pourtant, malgré son instinct de chasseur et sa musculature qui pourrait faire penser à une bête féroce, il est également un excellent chien de compagnie. Il peut en effet être d’une grande douceur envers sa famille, et parvient sans mal à s’attacher aux enfants et à cohabiter avec eux. Il apprécie les preuves d’affection, et pour cela, il cherche toujours à être en contact avec ses maîtres.

Il ne fait jamais preuve d’agressivité sauf lorsqu’il protège sa famille, ou lorsqu’il fait face à d’autres chiens du même sexe. Il est plutôt équilibré, mais lorsqu’il estime que lui ou son entourage est en danger, alors il peut être assez difficile à retenir. Autrement, il sait rester paisible, et il serait d’ailleurs préférable que son maître soit patient, doux et respectueux. Son instinct le pousse à être méfiant envers les étrangers et protecteur envers les siens. Il n’accorde donc sa confiance qu’au bout d’un certain temps, et s’il détecte la moindre incohérence dans l’attitude d’un étranger, alors il démontrera en quoi il est un excellent chien de garde.

Le dogue de Bordeaux n’est pas vraiment ce qu’on pourrait qualifier de chien sportif. Il n’est en effet pas nécessaire de lui faire faire beaucoup d’activités physiques pour qu’il se sente épanoui. Il a en revanche besoin de faire deux sorties par jour. Il apprécie les jeux, mais il ne faudra cependant pas que ces derniers impliquent une dépense physique trop importante.

Sous son air de brute à forte tête, vous serez surpris d’apprendre que le dogue de Bordeaux est un chien plutôt malléable. En effet, il obéit assez facilement aux ordres de son maître, à condition qu’il y trouve une certaine cohérence. Son éducation et sa socialisation doivent néanmoins se faire dès son plus jeune âge afin qu’il n’y ait pas de débordement une fois adulte.

Santé et alimentation

Le dogue de Bordeaux a besoin de vivre à l’air libre, surtout lors de sa jeunesse, pour que sa structure ait un développement optimal. Il n’est donc pas adapté pour une vie en appartement, mais préfèrera plutôt une maison avec un jardin. Il n’aime cependant pas la chaleur, comme la plupart des chiens brachycéphales d’ailleurs.

Comme sa morphologie engendre des difficultés respiratoires, il a du mal à réguler lui-même sa température. Il doit ainsi disposer d’un coin à l’ombre en temps de forte chaleur et de l’eau fraiche à volonté. Les 2 balades quotidiennes doivent quant à elles être faites tôt le matin et tard le soir. En revanche, il supporte plutôt bien le froid, mais il faudra tout de même éviter les températures trop basses, en raison de son poil qui est assez fin.

En ce qui concerne son alimentation, le dogue de Bordeaux doit se nourrir de croquettes de qualité Premium pour une croissance optimale, surtout durant sa jeunesse. Il est par ailleurs encouragé de contacter un vétérinaire pour lui établir un régime alimentaire qui lui sera parfaitement adapté.

Entretien et toilettage

Comme le dogue de Bordeaux a un poil court, alors l’entretien sera relativement aisé. Il faudra cependant veiller à nettoyer soigneusement les rides sur son visage ainsi que ses yeux et ses oreilles afin d’éviter les infections. Les bains sont à limiter au strict minimum, uniquement lorsque le chien est vraiment sale. Sinon, vous pourrez vous contenter de le brosser régulièrement pour que la qualité et la beauté de son pelage soient maintenues.