Dalmatien

Qui d’entre nous n’a pas encore vu le fameux film d’animation « Les 101 dalmatiens » ? Un vrai moment de plaisir pour les amoureux des dalmatiens, et un moyen d’avoir déjà un petit aperçu sur la race pour les néophytes. C’est une race très populaire, que les Français apprécient tout particulièrement. Effectivement, il s’agit d’un chien à l’aspect unique dont on tombe facilement amoureux quand on arrive à le connaître et à le comprendre.

Un dalmatien apportera plus de gaieté et de dynamisme dans votre foyer. Mais pour ce faire, il est de vigueur de bien se renseigner d’abord sur la race pour éviter les mauvaises surprises. Justement, cette fiche pourrait vous aider à mieux appréhender la race.

Origines

Depuis le 16ème siècle, les tableaux et les chroniques ecclésiastiques ont déjà fait référence à l’existence du Dalmatien. En fait, nombreux pays se sont proclamés être le pays d’origine du dalmatien, certains disent qu’il provient de la méditerranée orientale, tandis que d’autres affirment que c’est un chien anglais.

Dans son ouvrage intitulé le « Synopsis des Quadrupèdes », sorti en 1771, le naturaliste britannique Thomas Pennant a défini que la race serait originaire de la Croatie, plus précisément de la région historique de Dalmatie. Une étude qui a permis de clore le débat.

Selon Thomas Bewick, le dalmatien a servi de chien de coche. Mais c’est aussi un très bon chien de chasse, si actuellement il est plutôt connu pour être un chien de compagnie qu’autre.

Au fil du temps, l’élevage de la race a progressivement pris de l’ampleur. C’est en 1890 que le standard de la race « Dalmatien » a été officialisé avec la création du Club du Dalmatien en Angleterre.

Caractéristiques

Le pelage blanc taché de noir ou marron est sans aucun doute un des traits typiques du dalmatien les plus connus de tous. Aussi, sa tête a une largeur et une longueur de taille moyenne, il est donc mésocéphale, avec des oreilles tombées. Le corps épouse une forme rectangulaire. Sa démarche est élégante et il est svelte. Cette race est dimorphe, les différences morphologiques entre mâle et femelle devraient donc être bien marquées.

La tête :

Comme nous l’avons dit tout à l’heure, le dalmatien est mésocéphale. Sa tête est alors en forme de prisme, et doit être bien proportionnelle avec le corps. La partie latérale du crâne est légèrement arrondie si le crâne est plat. La truffe est grande et les narines sont bien ouvertes. Le museau est développé. Les yeux sont ovales, de couleur suivant la pigmentation de la robe. Les oreilles sont attachées haut, en forme de triangles isocèles, les bords sont arrondis, et elles présentent des taches soit de couleur marron, soit noir. Son cou est assez long, et il n’a pas de fanon.

Le corps :

Son corps est en rectangle. Le garrot est bien marqué. Le dos est bien droit, et puissant. La croupe est en position oblique, avec une inclinaison à moins de 30°. La poitrine est descendue, pas trop large, et ne donne pas l’impression d’être surgonflée, les côtes sont cintrées. La ligne de dessous est légèrement relevée sans que le ventre soit rentré.

La robe :

Sa fourrure est dure et dense, et cette qualité du pelage recouvre l’ensemble du corps. Aussi, le dalmatien a le poil près du corps, et court. La pigmentation de la fourrure est comme suit : le fond est blanc pur, et selon la variété de l’individu, les taches nummulaires peuvent être noires ou marrons, mais jamais les deux à la fois. La répartition des taches doit être bien symétrique sur l’ensemble de la robe. Les taches sont régulières, et leur dimension varie entre 2 à 3 cm de diamètre. Chez un individu à tache marron (ou foie), le diamètre des taches est plus petit, ne dépassant pas les 2 cm.

Alimentation du Dalmatien

Le dalmatien est une race qui a une prédisposition à développer des affections urinaires. Effectivement, il présente des difficultés à éliminer l’acide urique de son organisme, ce qui pourrait conduire à la formation de calculs urinaires. C’est pourquoi il n’est pas conseillé de le gaver d’aliments riches en protéine.

Pour son alimentation, recherchez des aliments à taux de protéines inférieur ou égal à 20%. Pour ce faire, évitez de le nourrir principalement avec de la viande rouge. Privilégiez la volaille et les légumes. Sinon, des croquettes adaptées pourront couvrir ses besoins nutritionnels. Pour un chiot dalmatien, le mieux est de bien remplir sa gamelle pour qu’il puisse se servir à volonté, ou sinon, fractionnez sa ration quotidienne en trois ou quatre repas.

Entretien et hygiène

Même si le Dalmatien a un pelage court, un brossage sérieux s’impose pour éviter que ses poils s’éparpillent partout dans la maison. Il est donc plus sûr de brosser sa robe tous les deux jours. En période de mue, la perte de poil chez le dalmatien est très importante, des brossages fréquents sont donc à prévoir.

Pour faire briller son poil, vous pouvez masser sa robe avec un gant en caoutchouc qui stimulera davantage les glandes sébacées. Aussi, après une baignade, il est impératif de faire sécher la fourrure du dalmatien avec une serviette. À part cela, deux bains par an sont suffisants, et n’oubliez pas de le laver avec un shampoing très doux pour éviter d’éventuelles affections de la peau. Enfin, étant donné que la surdité est une pathologie très courante chez cette race, il est judicieux de vérifier et nettoyer régulièrement ses oreilles.

Tempérament

S’il est quelque peu têtu et indépendant, le dalmatien est un chien avec lequel on peut facilement cohabiter. Ainsi, pour réussir son éducation, il faut être pédagogue et patient. Il faut savoir qu’il s’agit d’un chien très dynamique et endurant. Si vous voulez canaliser toute cette énergie, on vous conseille de mettre en place des jeux ludiques, qui lui permettront à la fois de faire quelques exercices. C’est un chien qui adore l’eau. Pour lui faire plaisir, vous pouvez l’emmener se baigner dans des lacs. Sinon, de simples promenades peuvent suffire, à condition que celles-ci durent quelques heures.

Le dalmatien peut se montrer calme quand tous ses besoins fondamentaux sont assouvis. Il est aussi très doux et affectueux envers les siens. Même s’il est indépendant, c’est un chien qui est très attaché à son groupe social. On peut dire que c’est un chien qui supporte assez la solitude. Mais il faut éviter de le livrer à lui-même trop longtemps, au risque de lui faire développer des troubles du comportement.