Berger Blanc Suisse

Le berger blanc suisse ou le BBS selon les amateurs, est un chien très doux qui est énormément attaché à ses maitres. Tout en élégance avec sa magnifique robe immaculée, cet adorable animal est un excellent compagnon pour toute la famille. Si vous envisagez d’adopter un BBS, voici ce qu’il faut savoir sur le futur membre de votre famille.

L’histoire du berger blanc suisse

Les premières traces du BBS remontent à très loin, vers les années 1890 en Allemagne. Le capitaine de cavalerie allemand Max Von Stephanitz a créé le prototype de la race du berger allemand à partir du chien HEKTOR LINKSRHEIN qui possédait alors une grande quantité de gènes blancs.

En 1933, le club de race allemand exclut la couleur blanche du standard de la race des chiens berger allemand. Les éleveurs appréhendaient que cette couleur ne soit à l’origine de problèmes génétiques, car proche de l’albinisme. Les chiots blancs sont alors éliminés dès la naissance.

En 1947, un livre sur le berger allemand avec des photos de bergers blancs d’Allemagne du nord, écrit par Milo Benlinger a été découvert. L’Amérique et l’Angleterre ont pu ensuite connaitre les bergers allemands « normaux » et les bergers blancs par la télévision.

En 1964, le premier club de bergers blancs a été formé pour protéger cette race de chien en Californie, suivi par le club du berger blanc d’Amérique en 1969. Et en 1971, le club du berger blanc de l’Ontario a été fondé par les amateurs au Canada. En 1989, Daniel Jumentier a également créé l’Amicale du Chien de Berger Blanc, une association loi 1901 en France qui protège les intérêts de cette race.

Les premiers bergers blancs ont été importés en Suisse dans les années 1970, et le pays a inscrit cette race dans le Livre des Origines Suisse (LOS) depuis 1991. En 2002, la FCI (Fédération Cynologique Internationale) a reconnu officiellement le berger blanc suisse en 2003, la Suisse ayant par ailleurs assumé la paternité de la race.

Les caractéristiques

Extrêmement fidèle et courageux, le BBS est très intelligent qu’il est même affecté à des missions importantes comme chien de police, guide pour les aveugles ou encore agent dans les services de recherche et sauvetage… Voici les caractéristiques de ce toutou blanc comme neige.

L’histoire du berger blanc suisse

Les premières traces du BBS remontent à très loin, vers les années 1890 en Allemagne. Le capitaine de cavalerie allemand Max Von Stephanitz a créé le prototype de la race du berger allemand à partir du chien HEKTOR LINKSRHEIN qui possédait alors une grande quantité de gènes blancs.

En 1933, le club de race allemand exclut la couleur blanche du standard de la race des chiens berger allemand. Les éleveurs appréhendaient que cette couleur ne soit à l’origine de problèmes génétiques, car proche de l’albinisme. Les chiots blancs sont alors éliminés dès la naissance.

En 1947, un livre sur le berger allemand avec des photos de bergers blancs d’Allemagne du nord, écrit par Milo Benlinger a été découvert. L’Amérique et l’Angleterre ont pu ensuite connaitre les bergers allemands « normaux » et les bergers blancs par la télévision.

En 1964, le premier club de bergers blancs a été formé pour protéger cette race de chien en Californie, suivi par le club du berger blanc d’Amérique en 1969. Et en 1971, le club du berger blanc de l’Ontario a été fondé par les amateurs au Canada. En 1989, Daniel Jumentier a également créé l’Amicale du Chien de Berger Blanc, une association loi 1901 en France qui protège les intérêts de cette race.

Les premiers bergers blancs ont été importés en Suisse dans les années 1970, et le pays a inscrit cette race dans le Livre des Origines Suisse (LOS) depuis 1991. En 2002, la FCI (Fédération Cynologique Internationale) a reconnu officiellement le berger blanc suisse en 2003, la Suisse ayant par ailleurs assumé la paternité de la race.

Les caractéristiques

Extrêmement fidèle et courageux, le BBS est très intelligent qu’il est même affecté à des missions importantes comme chien de police, guide pour les aveugles ou encore agent dans les services de recherche et sauvetage… Voici les caractéristiques de ce toutou blanc comme neige.

Les particularités physiques

Avec une musculature puissante et harmonieuse, cet animal de gabarit moyen est un chien de travail. Le mâle mesure 58 et 66 cm au garrot pour 30 à 40 kg, et la femelle entre 53 et 61 cm au garrot pour 25 à 35 kg.

Sa tête est cunéiforme et les lignes de son crâne sont puissantes, sèches et admirablement ciselées. Elle est bien proportionnelle au reste du corps dont la forme est allongée. Les lèvres sont très noires et la mâchoire puissante est dotée d’une dentition implantée à l’équerre articulée en ciseaux.

Ses oreilles sont bien droites et dressées de forme triangulaire, légèrement arrondies aux extrémités.

Ses yeux d’une profonde couleur brun à brun fauve ont une forme d’amande un peu oblique.

Sa poitrine est peu élargie, sa cage thoracique de forme ovale est bien développée vers l’arrière.

Le poil peut être soit mi-long, soit long et parfois légèrement ondulé mais jamais bouclé. Il protège bien le chien des intempéries.

La queue est assez longue, attachée bas et doit atteindre les jarrets. Elle a la particularité d’être en forme de sabre.

Les pattes sont ovales avec des doigts bien serrés, les ongles de couleur foncée de préférence.

Quant à sa robe, sa blancheur immaculée caractérise magnifiquement son nom.

Les particularités physiques

Avec une musculature puissante et harmonieuse, cet animal de gabarit moyen est un chien de travail. Le mâle mesure 58 et 66 cm au garrot pour 30 à 40 kg, et la femelle entre 53 et 61 cm au garrot pour 25 à 35 kg.

Sa tête est cunéiforme et les lignes de son crâne sont puissantes, sèches et admirablement ciselées. Elle est bien proportionnelle au reste du corps dont la forme est allongée. Les lèvres sont très noires et la mâchoire puissante est dotée d’une dentition implantée à l’équerre articulée en ciseaux.

Ses oreilles sont bien droites et dressées de forme triangulaire, légèrement arrondies aux extrémités.

Ses yeux d’une profonde couleur brun à brun fauve ont une forme d’amande un peu oblique.

Sa poitrine est peu élargie, sa cage thoracique de forme ovale est bien développée vers l’arrière.

Le poil peut être soit mi-long, soit long et parfois légèrement ondulé mais jamais bouclé. Il protège bien le chien des intempéries.

La queue est assez longue, attachée bas et doit atteindre les jarrets. Elle a la particularité d’être en forme de sabre.

Les pattes sont ovales avec des doigts bien serrés, les ongles de couleur foncée de préférence.

Quant à sa robe, sa blancheur immaculée caractérise magnifiquement son nom.

Le tempérament

Le berger blanc suisse a un fort tempérament sans être nerveux ni agressif. Il adore la compagnie des enfants et par sa très grande loyauté renforcée par un admirable instinct protecteur, il donnerait sans hésiter sa vie pour ses maitres.

D’un naturel très joueur, ce toutou au grand cœur a besoin de se dépenser régulièrement et il n’aime pas du tout être seul trop longtemps. Le laisser dans son coin est impossible, il adore s’immiscer dans vos activités, il n’est heureux que s’il est entouré des membres de sa famille.

Ce chien hyper affectueux est facile à éduquer grâce à son grand niveau d’intelligence. Il fait aussi un parfait chien de garde de par sa méfiance envers les étrangers.

L’alimentation

Cet animal est un grand carnivore qui doit manger beaucoup de viande pour être en bonne santé. Préférez des croquettes avec un taux de protéines aux environs des 35 à 40% pour satisfaire ce besoin. Un régime relativement pauvre en glucides assimilables est aussi recommandé pour accompagner cette alimentation.

Les particularités physiques

Avec une musculature puissante et harmonieuse, cet animal de gabarit moyen est un chien de travail. Le mâle mesure 58 et 66 cm au garrot pour 30 à 40 kg, et la femelle entre 53 et 61 cm au garrot pour 25 à 35 kg.

Sa tête est cunéiforme et les lignes de son crâne sont puissantes, sèches et admirablement ciselées. Elle est bien proportionnelle au reste du corps dont la forme est allongée. Les lèvres sont très noires et la mâchoire puissante est dotée d’une dentition implantée à l’équerre articulée en ciseaux.

Ses oreilles sont bien droites et dressées de forme triangulaire, légèrement arrondies aux extrémités.

Ses yeux d’une profonde couleur brun à brun fauve ont une forme d’amande un peu oblique.

Sa poitrine est peu élargie, sa cage thoracique de forme ovale est bien développée vers l’arrière.

Le poil peut être soit mi-long, soit long et parfois légèrement ondulé mais jamais bouclé. Il protège bien le chien des intempéries.

La queue est assez longue, attachée bas et doit atteindre les jarrets. Elle a la particularité d’être en forme de sabre.

Les pattes sont ovales avec des doigts bien serrés, les ongles de couleur foncée de préférence.

Quant à sa robe, sa blancheur immaculée caractérise magnifiquement son nom.

L’entretien et l’hygiène

L’entretien et les soins à prodiguer à un berger blanc suisse ne sont pas très contraignants. Il est conseillé de faire un brossage hebdomadaire de sa fourrure et en général (sauf activités en extérieur très salissante), un ou deux bains par an suffit pour garder sa belle robe blanche en bonne santé. En effet, ses poils sont autonettoyants pour faciliter son entretien. En période de mue à l’automne et au printemps, il faudra des brossages quotidiens.

En outre, un brossage régulier de ses dents sera nécessaire pour assurer une bonne hygiène bucco-dentaire. Le nez et les oreilles seront également vérifiés et nettoyés le plus souvent possible.

La santé

Le berger blanc suisse peut vivre longtemps s’il est en bonne santé. Son espérance de vie peut aller jusqu’à 13 ans.

Il souffre rarement de problème de santé majeure, mais des prédispositions médicales peuvent apparaitre comme les dysplasies de la hanche et du coude, le syndrome de la malabsorption ou encore une toxicité médicamenteuse liée au gène MDR1. Même si cette sensibilité médicamenteuse n’altère cependant en rien la vie du BBS atteint, il faudra quand même éviter certains médicaments antiparasitaires qui le rendent sensible.

L’on parle aussi de paralysie laryngée, une atteinte du nerf responsable de l’innervation du larynx. Cette maladie héréditaire peut se manifester avant l’âge de 1 an et un traitement chirurgical peut régler le problème. Les symptômes consistent en des difficultés respiratoires, une toux après les repas, une modification de la voix ou encore une intolérance à l’effort.

 Des formes de maladies oculaires peuvent aussi apparaître mais elles sont plutôt rares.

L’alimentation

Cet animal est un grand carnivore qui doit manger beaucoup de viande pour être en bonne santé. Préférez des croquettes avec un taux de protéines aux environs des 35 à 40% pour satisfaire ce besoin. Un régime relativement pauvre en glucides assimilables est aussi recommandé pour accompagner cette alimentation.

Les particularités physiques

Avec une musculature puissante et harmonieuse, cet animal de gabarit moyen est un chien de travail. Le mâle mesure 58 et 66 cm au garrot pour 30 à 40 kg, et la femelle entre 53 et 61 cm au garrot pour 25 à 35 kg.

Sa tête est cunéiforme et les lignes de son crâne sont puissantes, sèches et admirablement ciselées. Elle est bien proportionnelle au reste du corps dont la forme est allongée. Les lèvres sont très noires et la mâchoire puissante est dotée d’une dentition implantée à l’équerre articulée en ciseaux.

Ses oreilles sont bien droites et dressées de forme triangulaire, légèrement arrondies aux extrémités.

Ses yeux d’une profonde couleur brun à brun fauve ont une forme d’amande un peu oblique.

Sa poitrine est peu élargie, sa cage thoracique de forme ovale est bien développée vers l’arrière.

Le poil peut être soit mi-long, soit long et parfois légèrement ondulé mais jamais bouclé. Il protège bien le chien des intempéries.

La queue est assez longue, attachée bas et doit atteindre les jarrets. Elle a la particularité d’être en forme de sabre.

Les pattes sont ovales avec des doigts bien serrés, les ongles de couleur foncée de préférence.

Quant à sa robe, sa blancheur immaculée caractérise magnifiquement son nom.

L’entretien et l’hygiène

L’entretien et les soins à prodiguer à un berger blanc suisse ne sont pas très contraignants. Il est conseillé de faire un brossage hebdomadaire de sa fourrure et en général (sauf activités en extérieur très salissante), un ou deux bains par an suffit pour garder sa belle robe blanche en bonne santé. En effet, ses poils sont autonettoyants pour faciliter son entretien. En période de mue à l’automne et au printemps, il faudra des brossages quotidiens.

En outre, un brossage régulier de ses dents sera nécessaire pour assurer une bonne hygiène bucco-dentaire. Le nez et les oreilles seront également vérifiés et nettoyés le plus souvent possible.

La santé

Le berger blanc suisse peut vivre longtemps s’il est en bonne santé. Son espérance de vie peut aller jusqu’à 13 ans.

Il souffre rarement de problème de santé majeure, mais des prédispositions médicales peuvent apparaitre comme les dysplasies de la hanche et du coude, le syndrome de la malabsorption ou encore une toxicité médicamenteuse liée au gène MDR1. Même si cette sensibilité médicamenteuse n’altère cependant en rien la vie du BBS atteint, il faudra quand même éviter certains médicaments antiparasitaires qui le rendent sensible.

L’on parle aussi de paralysie laryngée, une atteinte du nerf responsable de l’innervation du larynx. Cette maladie héréditaire peut se manifester avant l’âge de 1 an et un traitement chirurgical peut régler le problème. Les symptômes consistent en des difficultés respiratoires, une toux après les repas, une modification de la voix ou encore une intolérance à l’effort.

 Des formes de maladies oculaires peuvent aussi apparaître mais elles sont plutôt rares.