Berger Belge

Le berger belge est l’une des races de chien qui voue une prodigieuse loyauté envers son maitre. Il fait aussi un gardien redoutable, un animal extrêmement affectueux, ce qui en fait un véritable meilleur ami de l’Homme. Voici les détails sur cette race de chien, depuis l’histoire de ses origines à son tempérament en passant par ses caractéristiques et tous les points importants à savoir sur son mode de vie.

L’histoire du berger belge

Comme son nom l’indique, ce chien est originaire de la Belgique. Vers la fin 1800, les chiens conducteurs de troupeaux dans ce pays étaient très diversifiés avec des robes différentes. Avec la contribution du professeur A. Reul de l’Ecole de Médecine Vétérinaire de Cureghem, plusieurs cynophiles ont voulu créer une race de chien berger belge prestigieuse, travailleuse, docile, robuste…

La race de chien berge belge apparut entre 1891 et 1897 de façon officielle et le 29 septembre 1891 est fondé à Bruxelles, le Club du Chien de Berger Belge. Afin d’avoir la meilleure des sélections, et pour remettre de l’ordre dans le patrimoine génétique des chiens belges, le professeur A. Reul rassemble plus d’une centaine de chiens et mène par la suite des expériences poussées, voire de consanguinité pour aboutir à LA race parfaite.

Ce ne sera qu’en 1901 que les premiers Bergers Belges furent inscrits dans le Livre des Origines de la Société Royale Saint-Hubert (L.OS.H). Et vers 1910, le type et le caractère de cette race tant recherchée seront enfin déterminés pour un standard. Ses qualités de chien policier et taillé pour assurer la sécurité se sont avérées depuis le XXème siècle.

Les variétés de la race

Il existe par ailleurs plusieurs variétés de berger belge :

  • le Groenendael avec des poils longs et noirs
  • le Malinois, le plus connu avec des poils fauves et courts
  • le Laekenois, le plus rare, particulièrement reconnaissable avec des poils durs
  • le Tervueren bicolore avec une tête noire et une robe fauve

Chaque variété dans cette race peut alors avoir une apparence différente. Les non connaisseurs pourraient même penser que l’une ou l’autre variété n’est pas de la même race !

L’histoire du berger belge

Comme son nom l’indique, ce chien est originaire de la Belgique. Vers la fin 1800, les chiens conducteurs de troupeaux dans ce pays étaient très diversifiés avec des robes différentes. Avec la contribution du professeur A. Reul de l’Ecole de Médecine Vétérinaire de Cureghem, plusieurs cynophiles ont voulu créer une race de chien berger belge prestigieuse, travailleuse, docile, robuste…

La race de chien berge belge apparut entre 1891 et 1897 de façon officielle et le 29 septembre 1891 est fondé à Bruxelles, le Club du Chien de Berger Belge. Afin d’avoir la meilleure des sélections, et pour remettre de l’ordre dans le patrimoine génétique des chiens belges, le professeur A. Reul rassemble plus d’une centaine de chiens et mène par la suite des expériences poussées, voire de consanguinité pour aboutir à LA race parfaite.

Ce ne sera qu’en 1901 que les premiers Bergers Belges furent inscrits dans le Livre des Origines de la Société Royale Saint-Hubert (L.OS.H). Et vers 1910, le type et le caractère de cette race tant recherchée seront enfin déterminés pour un standard. Ses qualités de chien policier et taillé pour assurer la sécurité se sont avérées depuis le XXème siècle.

Les variétés de la race

Il existe par ailleurs plusieurs variétés de berger belge :

  • le Groenendael avec des poils longs et noirs
  • le Malinois, le plus connu avec des poils fauves et courts
  • le Laekenois, le plus rare, particulièrement reconnaissable avec des poils durs
  • le Tervueren bicolore avec une tête noire et une robe fauve

Chaque variété dans cette race peut alors avoir une apparence différente. Les non connaisseurs pourraient même penser que l’une ou l’autre variété n’est pas de la même race !

Les caractéristiques

Il faut faire la différence entre le berger belge et le berger allemand, deux races que beaucoup confondent à cause d’un certain air de ressemblance. Le berger belge est plus petit, plus léger et également plus souple. Voici les caractéristiques de cette race de chien.

  • Les particularités physiques

Ce chien possède des proportions harmonieuses, inscriptible dans un carré. Son port altier de la tête ajoute un trait d’élégance et de robustesse qui caractérisent bien une race de travail. Les mâles mesurent 62 cm au garrot et les femelles 58 cm, parfois plus.

Sa tête est bien taillée, nette et assez longue, le museau admirablement ciselé et à peine plus allongé que le crâne. La truffe est noire et le front est aplati, les joues sèches. Son cou est d’une forte musculature et ne présente pas de trace de fanon.

Ses yeux de taille moyenne s’étirent en amande dans une couleur foncée. Le chien de berger belge a un regard éveillé et intelligent.

Il a de petites oreilles triangulaires haut plantées qui se dressent bien droites quand l’animal est attentif.

Sa poitrine descend jusqu’à ses coudes et une certaine puissance se dégage fortement de son corps, sans pour autant que l’animal soit lourd. Sa ligne du dos et du rein est droite, la croupe est musclée et peu inclinée.

D’une longueur moyenne, sa queue est pendante quand le chien est au repos. Quand il est en alerte ou en action, elle est plus relevée.

Pour le poids, les mâles pèsent entre 25 et 30 kg et les femelles entre 20 et 25 kg.

Quant à la robe, la couleur diffère d’une variété à une autre. Le chien de berger belge Groenendael a le poil long et exclusivement noir ; le Malinois a le poil court fauve charbonné avec un masque noir ; le Laekenois a le poil dur fauve avec un charbonné discret sur le museau et la queue ; enfin, le Tervueren, un poil long fauve charbonné ou gris charbonné.

  • Le caractère

D’une grande intelligence, ce chien est très polyvalent et est facile à éduquer. Il s’avère redoutable en chien de garde et de défense, tout comme il peut être d’un extrême attachement à son maitre en multipliant les démonstrations affectives. En outre, il est vif, particulièrement courageux et ne montre aucune agressivité envers l’espèce humaine sauf sur ordre de son maitre. Toutefois, il n’aime pas la solitude, ce qui explique sa grande prédilection pour les jeux et les grandes promenades.

  • L’alimentation

L’alimentation d’un chien belge doit tenir compte de sa dépense physique quotidienne. Il lui faudra un régime plutôt enrichi en protéines et en glucides. Il faudrait privilégier des croquettes de grande qualité pour lui assurer une alimentation complète. En ce qui concerne la fréquence des repas, les rations seront à partager en deux, une ration légère le matin et une autre plus conséquente le soir. Le libre service est à éviter, cette race pouvant être facilement sujet à des retournements d’estomac, un phénomène fatal.

Le côté hygiène

Le poil du berger belge est facile à entretenir, notamment le Malinois (poil court) et le Laekenois (poil dur). Un brossage une fois par semaine suffit. Quant au Groenendael et le Tervueren, ils auront besoin d’un entretien plus fréquent afin d’éviter que leurs poils ne forment des nœuds. Par ailleurs, il faut aussi savoir que ce chien est sujet à deux périodes de mue, une au printemps et une autre en automne.

La santé du chien berger belge

Le berger belge  a une santé solide en général. Il a d’ailleurs une espérance de vie estimée entre 12 et 13 ans. Toutefois, il peut être touché de certaines affections fréquentes comme l’hyperthyroïdie, les dysplasies de la hanche et du coude, la cataracte, ou encore l’épilepsie.

En outre, la principale cause de mortalité chez cette race est le cancer de type lymphosarcome, hémangiosarcome et ostéosarcome.

Le côté hygiène

Le poil du berger belge est facile à entretenir, notamment le Malinois (poil court) et le Laekenois (poil dur). Un brossage une fois par semaine suffit. Quant au Groenendael et le Tervueren, ils auront besoin d’un entretien plus fréquent afin d’éviter que leurs poils ne forment des nœuds. Par ailleurs, il faut aussi savoir que ce chien est sujet à deux périodes de mue, une au printemps et une autre en automne.

La santé du chien berger belge

Le berger belge  a une santé solide en général. Il a d’ailleurs une espérance de vie estimée entre 12 et 13 ans. Toutefois, il peut être touché de certaines affections fréquentes comme l’hyperthyroïdie, les dysplasies de la hanche et du coude, la cataracte, ou encore l’épilepsie.

En outre, la principale cause de mortalité chez cette race est le cancer de type lymphosarcome, hémangiosarcome et ostéosarcome.