Barzoï

Le Barzoï fait partie de ces races de chiens lévriers. Sa construction physique fait de lui un excellent chien de chasse. Aussi, il est facile à distinguer avec sa morphologie peu commune. Effectivement, il a le museau plus long que le crâne par exemple et le stop très peu visible. Même s’il s’agit d’un chien qui est plutôt fait pour la chasse, il est tout à fait possible d’en faire un chien de compagnie formidable.

Ci-après des informations importantes sur le barzoi qui pourraient vous être utiles si vous envisagez d’en adopter un.

Origines

Le Barzoï est une race qui existe depuis plus de 900 ans environ. Il est originaire de la Russie. En fait, le mot Barzoï signifie « Lévrier » en russe, d’où son autre appellation Lévrier barzoï. Nombreuses sont les races qui ont contribué à la création et à l’amélioration de cette race, mais à l’origine, on dit qu’il serait descendu du Saluki et du Pharaon Hound, ainsi que d’autres chiens sauvages.

Il s’agit d’une race issue de plusieurs croisements entre différentes races. Vers le 15ème siècle, des chiens chasseurs russes appelés Loshaya ont été croisés avec des lévriers d’origine arabe nommés Koutsis, ce qui a donné naissance au premier prototype du Barzoï. Par la suite, un croisement avec un Chart Polsky (lévrier polonais) a permis d’introduire une certaine noblesse à la nouvelle génération. Ensuite, des métissages de la race avec d’autres chiens s’en suivirent, et ont conduit à l’apparition de certains types de barzoï, comme c’est le cas du barzoi « Gustopsovy », le barzoi « Chistopsovy ». Un peu plus tard, des Lévriers de montagne (Gorsky) et de Crimée ont eux aussi participé à l’amélioration de la race.

Grâce à tous ces croisements, le Lévrier barzoï dispose d’innombrables talents, notamment pour la chasse. Le barzoi est un chien très endurant et féroce. Il est rapide et agile quand il s’agit de courser le gibier. Il ne lui est pas difficile de neutraliser sa proie au premier essai. Pour faire court, il tient ses qualités et sa corpulence majestueuse de chacune des races dont il tire ses origines.

Au fil du temps, le standard de la race a connu plusieurs modifications, au 20 et 21ème siècle, mais conserve tout de même les traits fondamentaux du standard d’origine.

Les caractéristiques du Barzoï

Un barzoï est un chien de grande taille. Le mâle mesure entre 75 et 85 cm, et la femelle mesure entre 68 et 78 cm. Toutefois, les femelles ont le corps plus long que les mâles. Le poids d’un mâle varie de 34 à 47 kg, et la femelle de 27 à 39 kg. Il est facilement reconnaissable avec sa construction robuste et majestueuse. Il est haut sur pattes et a une forme assez élancée. Sa peau est élastique et ne comporte pas de plis. L’ossature est solide sans pour autant être massive.

  • La tête : est longue, mais proportionnée au reste du corps. Le crâne est assez serré et allongé avec un occiput bien marqué ; il est ovale vu d’en haut et presque aplatit vu de profil. Le stop est très peu marqué. La truffe est grande, bien proéminente par rapport à la mâchoire inférieure ; sa couleur est toujours noire, peu importe la couleur de la fourrure. Le museau est long et est légèrement plus long que le crâne. Les yeux sont en forme d’amande, la couleur varie entre marron et marron foncé. Les oreilles sont petites et fines, elles sont attachées un peu plus haut que la ligne de l’œil, et sont rapprochées et dirigées vers l’arrière sur l’attache, le bout pointe la nuque.
  • Le corps : allongé et sec. Le dos est large est musclé. Le thorax descend jusqu’aux coudes. Le ventre est remonté vers les flancs.
  • La queue : est fine et longue. Attachée bas et portée à la façon d’un sabre.
  • La robe : est de longueur moyenne. Le poil est souple, léger, soyeux, ondulé ou légèrement bouclé. Nombreuses sont les nuances possibles, par exemple le fauve-rouge, le gris, bringé, etc.

Tempérament

Il est inutile de préciser que le Barzoï est un chien très dynamique et endurant, étant donné qu’il s’agit d’une race spécialement conçue pour être un compagnon de chasse. Il faut donc lui faire faire des exercices physiques aussi souvent que possible et de stimuler, par la même occasion, sa capacité olfactive. Aussi, de par sa grande taille, vivre dans un petit appartement ne lui conviendrait pas.

Mais au-delà de sa nature féroce et chasseur se cache un chien amical et affectueux, notamment avec les membres de sa famille. En plus, il peut assez facilement cohabiter avec des enfants et avec d’autres espèces animales, du moment qu’il les côtoie régulièrement. Même s’il figure parmi les chiens ayant une intelligence plus que la moyenne, il est un peu difficile de le dresser et de l’éduquer à cause de son instinct de chasseur encore très présent. Il est donc indispensable de savoir canaliser cette facette de lui.

Les caractéristiques du Barzoï

Un barzoï est un chien de grande taille. Le mâle mesure entre 75 et 85 cm, et la femelle mesure entre 68 et 78 cm. Toutefois, les femelles ont le corps plus long que les mâles. Le poids d’un mâle varie de 34 à 47 kg, et la femelle de 27 à 39 kg. Il est facilement reconnaissable avec sa construction robuste et majestueuse. Il est haut sur pattes et a une forme assez élancée. Sa peau est élastique et ne comporte pas de plis. L’ossature est solide sans pour autant être massive.

  • La tête : est longue, mais proportionnée au reste du corps. Le crâne est assez serré et allongé avec un occiput bien marqué ; il est ovale vu d’en haut et presque aplatit vu de profil. Le stop est très peu marqué. La truffe est grande, bien proéminente par rapport à la mâchoire inférieure ; sa couleur est toujours noire, peu importe la couleur de la fourrure. Le museau est long et est légèrement plus long que le crâne. Les yeux sont en forme d’amande, la couleur varie entre marron et marron foncé. Les oreilles sont petites et fines, elles sont attachées un peu plus haut que la ligne de l’œil, et sont rapprochées et dirigées vers l’arrière sur l’attache, le bout pointe la nuque.
  • Le corps : allongé et sec. Le dos est large est musclé. Le thorax descend jusqu’aux coudes. Le ventre est remonté vers les flancs.
  • La queue : est fine et longue. Attachée bas et portée à la façon d’un sabre.
  • La robe : est de longueur moyenne. Le poil est souple, léger, soyeux, ondulé ou légèrement bouclé. Nombreuses sont les nuances possibles, par exemple le fauve-rouge, le gris, bringé, etc.

Tempérament

Il est inutile de préciser que le Barzoï est un chien très dynamique et endurant, étant donné qu’il s’agit d’une race spécialement conçue pour être un compagnon de chasse. Il faut donc lui faire faire des exercices physiques aussi souvent que possible et de stimuler, par la même occasion, sa capacité olfactive. Aussi, de par sa grande taille, vivre dans un petit appartement ne lui conviendrait pas.

Mais au-delà de sa nature féroce et chasseur se cache un chien amical et affectueux, notamment avec les membres de sa famille. En plus, il peut assez facilement cohabiter avec des enfants et avec d’autres espèces animales, du moment qu’il les côtoie régulièrement. Même s’il figure parmi les chiens ayant une intelligence plus que la moyenne, il est un peu difficile de le dresser et de l’éduquer à cause de son instinct de chasseur encore très présent. Il est donc indispensable de savoir canaliser cette facette de lui.

Alimentation

Comme d’autres chiens de grande taille, l’alimentation du Barzoï est quelque peu délicate, même s’il s’agit d’un chien robuste. Effectivement, il peut présenter des troubles gastriques, il faut donc surveiller sa gamelle pour qu’il puisse manger calmement et convenablement.

Aussi, il faut garder à l’esprit que c’est un chien prédisposé à développer de l’arthrose et d’autres problèmes liés à l’articulation. Il est indispensable de lui offrir une alimentation riche en calcium et en phosphore pour prévenir ces problèmes ainsi que pour préserver sa construction osseuse.

Ainsi, l’idéal serait de constituer son alimentation par de la nourriture humaine de haute qualité. On entend par là, de la bonne viande (un peu riche en graisse), des féculents (riz, pâtes,…) et des légumes frais.

Entretien et hygiène

Pour préserver sa belle fourrure, il est recommandé d’effectuer 2 à 3 brossages par semaine. Pendant la période de mue, le brossage doit être fait quotidiennement pour éliminer efficacement les poils morts, étant donné que la perte de poil devient assez abondante durant cette période.

Aussi, ayez l’habitude de surveiller et de vérifier ses oreilles en vue de lui éviter les infections et pour éliminer les dépôts de débris.